ENGLISH | INFOLETTRE  enveloppe  |   NOUS JOINDRE  Nous joindre    Facebook Linked In Youtube
Slider
b recherche1 b enqueteb publication1 logo crdt b photos

La«région rurale intelligente» à l’aune de la «ville intelligente»

Le jeudi, 05 octobre 2017. Écrit par Isabelle Brochu

Depuis 2010 environ le terme ‘smart city’ (ou ‘ville intelligente’) a beaucoup été galvaudé, terme un peu vague qui renvoie à l’intégration croissante de technologies de l’information aux processus de gestion urbaine et, quoique moins fréquemment, aux nouvelles pratiques sociales et communautaires que ces technologies rendent possibles. Bien que plusieurs chercheurs aient questionné la rhétorique qui accompagne ce terme – rhétorique nourrie en grande partie par les entreprises technologiques qui profitent du déploiement du concept – une bonne partie de la littérature adopte une perspective déterministe : la collecte de données, leur stockage et leur analyse sont vues comme inexorables et hors de tout contrôle sociétal, les seules questions méritant débat étant leur déploiement et leurs applications. Les questions portant sur qui conçoit ces technologies, qui s’en servira, qui en profitera (et qui en paiera le coût), les fins visées, qui identifie les ‘problèmes’ qu’elles sont censées résoudre, et sur les alternatives possibles sont souvent occultées. Une autre question rarement posée concerne leur déploiement et leurs effets en dehors des zones urbaines.

Dans ce document nous passons en revue la littérature sur les villes intelligentes – à la fois celle émanant des études urbaines et celle des ingénieurs et technologues. En premier lieu nous décrivons les diverses acceptions du terme, et détaillons par la suite diverses critiques tant sur des aspects juridiques, que sur la surveillance, les limites des algorithmes et des technologies, et leurs vulnérabilités (elles sont non seulement faillibles, mais aussi opaques). Puis, nous examinons dans quelle mesure la rhétorique de la ville intelligente – ainsi que sa mise en œuvre matérielle et les jeux de pouvoir qui l’accompagnent – est présente en zone rurale. En prenant l’agriculture comme exemple nous montrons que la pénétration des technologies et des états d’esprits associés aux villes intelligentes est peut-être encore plus avancée en zone rurale, là où les gouvernements locaux sont plus faibles et morcelés et que la mise en œuvre de l’Internet des Objets, de la collecte de données et du contrôle de l’économie ne requièrent pas l’intermédiation du secteur public. Alors que des pans entiers de l’économie rurale sont dorénavant assujettis aux systèmes de contrôle de multinationales telles Monsanto (qui surveille et contrôle maintenant les données météo, les données captées sur les machines agricoles, et les données recueillies à même les champs et bâtiments agricoles) la ‘région rurale intelligente’ - comprise comme région au sein de laquelle le Big Data, le captage de données et le contrôle systémique centralisé sont déployés – est une réalité peu reconnue qui mérite d’être examiné de façon critique par les étudiants des régions et des territoires.

Cliquez ici pour télécharger le pdf.

Partenaires

UQAR
UQO
UQAC
UQAT
INRS
ENAP

logo crdt
Le CRDT remercie le FRQSC de sa contribution financière qui permet la poursuite de son mandat.



 

    Facebook Linked In Youtube